Quelques données

NAC Magazine

Retrouvez tous nos articles sur le furet sur ce site internet:

banniere magazine

Zoologie

logo-genealogie.png

Le furet fait partie de la famille des Mustélidés, comme la fouine ou le blaireau. Il a été domestiqué il y a environ 2500 ans à partir du putois d’Europe (Mustela putorius putorius), principalement pour chasser les rongeurs et les lapins (furetage). Le furet était d’ailleurs utilisé depuis plus longtemps que le chat pour protéger les récoltes des rongeurs.
Devenu animal de compagnie chez les classes aristocratiques dès la Renaissance, il faudra cependant attendre les années 1990 pour que ce petit carnivore devienne plus répandu dans les foyers. Il a aussi été élevé durant plusieurs siècles pour sa fourrure et continue d’être exploité comme modèle de recherches en virologie.

Alimentation

logo-alim

Le furet est un carnivore strict, comme les grands félins.

Il tire son énergie des graisses (contrairement à nous qui « brûlons » des sucres) et a besoin de protéines animales en grandes quantités.
C’est pourquoi les croquettes ne conviennent pas: elles sont trop riches en sucres et en protéines végétales, ce qui provoque sur le long terme des problèmes rénaux ainsi qu’une maladie mortelle du pancréas (insulinome).

L’alimentation idéale est constituée de proies mortes et de carcasses. Il est aussi possible de nourrir son furet avec une ration ménagère spécialement préparée, on parle en général de « BARF« . La vétérinaire NAC Géraldine Blanchard propose sur son site internet des recettes équilibrées: Le BARF qui marche pour le furet

Comportements

logo-maison copie

Étant un animal fouineur et kleptomane, le furet doit être maintenu en cage pour sa sécurité, lors de vos absence. Cette cage doit mesurer au moins 90 cm par 60 cm au sol. Une très grande cage à lapin peut suffire pour un seul furet.
Un furet doit être sorti sous surveillance au moins 3 h/jour afin de rester en bonne santé physique et mentale. Votre intérieur devra impérativement être sécurisé (ferret proofing) pour garantir la sécurité de votre petit compagnon.

Il est possible d’éduquer votre furet à porter un harnais et une laisse, afin de pouvoir vous promener ensemble en extérieur.
Plutôt silencieux, le furet communique surtout par son langage corporel et ses regards très expressifs. Il émet toutefois des vocalises: le « pout pout« , une sorte de caquètement synonyme en général de joie, le feulement de frustration/colère, ainsi que des cris aigus lorsqu’il est terrorisé ou furieux.

Intelligence

logo-rc

Animal intelligent et très rusé, le furet est capable de résoudre des problèmes, comme ouvrir un placard ou monter sur une table. Il est parfaitement capable d’ouvrir seul sa cage, c’est pourquoi il vaut mieux privilégier une cage avec fermeture à loquets.
Il est aussi très curieux et kleptomane (voleur), ce qui peut l’amener à manipuler toutes sortes d’objets potentiellement dangereux pour lui…
Pour toutes ces raisons, votre habitation doit être aménagée afin d’empêcher le furet d’accéder aux dangers: c’est le ferret proofing.

Santé

logo-sante

Comme le chien, le furet est sensible à la Maladie de Carré et à la rage.
Votre furet doit impérativement être vacciné contre la Maladie de Carré, surtout s’il sort en extérieur.  N’oubliez pas que cette maladie peut être transmise indirectement, notamment par la semelle de vos chaussures. Elle est totalement incurable, le vaccin est votre meilleur allié !
Attention, il existe un « Sida des furets« , appelé ADV ou maladie aléoutienne. Cette maladie reste en phase asymptomatique pendant plusieurs année avant de se déclarer. Durant ces années, le furet infecté est malgré tout contagieux et représente un danger pour ses congénères.  Ce mal incurable agit en rendant le système immunitaire inopérant, laissant le furet vulnérable à de nombreuses infections opportunistes.
Tout aussi dangereuse, l’ECE (entérite catarrhale épizootique) est une maladie dont les principaux symptômes sont des diarrhées vertes et gluantes, un amaigrissement et un affaiblissement. Cette infection existe sous 2 formes: l’une digestive assez reconnaissable, et une systémique extrêmement difficile à repérer. Dans les deux cas, le pronostic vital du furet est engagé.
Évitez les rencontres furets, car elles peuvent colporter ces maladies graves.

Reproduction

logo-repro

Réfléchissez bien avant de vous lancer dans une portée !
Si une furette laissée entière ne s’accouple pas au bout d’un mois, elle peut mourir suite à ses chaleurs. En effet, le taux d’œstrogènes dans le sang ne cesse de grimper tant que l’accouplement n’a pas lieu, ce qui finit par endommager la moelle osseuse: on appelle cela l’hyperoestrogénisme.
Ce problème n’existe heureusement pas chez le furet mâle; néanmoins il a d’autres inconvénients: durant le rut, il émet une odeur musquée extrêmement forte et tenace; et marque son territoire en y apposant de l’urine et des sécrétions pépuciales très odorantes…
Les furets à tâches blanches sur la tête (sourds) et les femelles angoras (pas de production de lait) ne devraient en principe pas se reproduire.
N’oublions pas non plus qu’une portée peut compter jusqu’à 12 petits, ce qui engendre des frais importants en terme de temps et d’argent !
Si votre souhait est d’avoir un furet de compagnie, deux options de stérilisation sont possibles: la chirurgie et la pose d’un implant contraceptif (Suprelorin).

Des questions ?

Contactez-nous et/ou allez jeter un coup d’œil à nos articles pour NAC Magazine !